Éditeur :

Bruno de Solages : biographie d’un intellectuel catholique engagé (1895-1983)

69,95 $

Collection : Croire et savoir

Date de publication : 1 avril 2015

Broché ; 576 p. ; 15 x 22 cm ; 770 g


Hormis un recueil de témoignages avec notice sur sa vie, et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre. Il en débattra à propos de la « guerre juste».

Marqué par les personnalités du cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de Rédacteur en chef à la Revue apologétique, quand un article contre l’Action française est refusé.

En stock (peut être commandé)

Description

Hormis un recueil de témoignages avec notice sur sa vie, et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre. Il en débattra à propos de la « guerre juste».

Marqué par les personnalités du cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de Rédacteur en chef à la Revue apologétique, quand un article contre l’Action française est refusé.

Thomiste, il s’intéresse à la Patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs ; mais aussi, dès les années 30, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires.

Il est un membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le Nazisme et Vichy. Il est déporté en 1944.

A partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse.

Après un mémoire de maîtrise d’histoire sur L’Institut catholique [de Toulouse] pendant les années noires (1940-1944), Marie-Thérèse Duffau poursuit ses recherches sur celui qui a été le recteur de cet établissement de 1932 à 1964 dans le cadre de sa thèse de doctorat d’histoire.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

0