Éditeur :

Le maître de la terre : la crise des derniers temps

26,95 $


Date de publication : 22 octobre 1993

Broché ; 422 p. ; 11 x 18 cm ; 364 g


Traduit de l’anglais par T. de Wyzewa.

Hugh Benson, passionné par le problème de l’Antéchrist et de la fin des temps, a condensé sous forme d’un roman, les principes qu’il avait à cœur d’exprimer et ”qu’il croyait être vrais”.

Ce livre, écrit par un des plus grands romanciers catholiques de son temps, est tout simplement passionnant!

Ecrit au début du XXe siècle, ce remarquable récit contient une vision prophétique d’un monde coupé en deux empires apparemment antagonistes, mais bien unis dans la persécutions des chrétiens.

Description

Traduit de l’anglais par T. de Wyzewa

Hugh Benson, passionné par le problème de l’Antéchrist et de la fin des temps, a condensé sous forme d’un roman, les principes qu’il avait à cœur d’exprimer et ”qu’il croyait être vrais”.

Ce livre, écrit par un des plus grands romanciers catholiques de son temps, est tout simplement passionnant!

Ecrit au début du XXe siècle, ce remarquable récit contient une vision prophétique d’un monde coupé en deux empires apparemment antagonistes, mais bien unis dans la persécutions des chrétiens.

« J’ai l’idée d’un livre si vaste que je n’ose y penser», écrit Hugh Benson en 1905. « L’Antéchrist commence à m’obséder. Si jamais je l’écrit, quel livre ce sera ! ».

En juin 1906, The lord of the world paraît. Il sera traduit en français sous le titre Le Maître de la terre.

Ce roman est une sorte de broderie flamboyante ; c’est un livre de mysticisme intense, un cri de foi éperdu. Véritable fresque de la fin des temps, un spectacle fort et grandiose à la fois, qui fait vibrer le lecteur au son des trompettes de l’Apocalypse.

Né en 1871, au sein d’une famille anglicane (son père deviendra Archevêque de Cantorbery, premier personnage de la « Hight Church » d’Angleterre). Pasteur anglican, esprit profondément honnête, sa quête de la Vérité le pousse à s’interroger sur sa foi, sur l’unité de l’Église, et sa sincérité intellectuelle le conduira à la conversion. Il est reçu dans l’Église romaine en 1903. Ordonné prêtre, il partage son temps entre la prédication intense et la rédaction d’une trentaine d’ouvrages : oeuvres théâtrales, romans et essais apologétiques.

Il meurt en octobre 1914, alors qu’il prêchait auprès de non-catholiques, au début d’une guerre qu’il pressentait déjà lorsqu’il rédigeait Le Maître de la terre.








Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

0